Historique - Chemin de Fer Fresse - Thillot

Aller au contenu

Historique

C.F.F.T.
  
Le rêve de gosse, insufflé par son Grand-père paternel sous-chef du dépôt de Sarreguemines à l'époque de la Compagnie des Chemins de Fer de l'EST, à laissé une trace indélébile dans son esprit. Dans sa quatorze ème année, il à eu la chance de pouvoir monter dans la 140.C.1 à l'invite du mécanicien Paul KERN, et de la conduire sur quelques centaines de mètres.
Sa vocation venait de naître, qui ne vit jamais le jour, grâce à la compréhension de ses parents, qui trucidaire son rêve  à peine éclos !
A l'âge de la retraite, après avoir rendu visite chez un vaporiste de Ramberviller Robert ANTOINE qui lui mis le pied à l'étrier pour construire une vraie locomotive à vapeur, en lui faisant voir ce qu'il avait fait, et en l'envoyant visiter le Chemin de Fer de Corgirnont , le virus le repris de plus belle . Un locotracteur en voie de 184 mm devait voir le jour, ainsi qu'un circuit à l'arrière de la propriété de sa femme qui le seconda dans ses constructions. Une 141.R. en voie de 127 mm vit le jour, elle nécessita pas moins de 8 années de travail et plus de 5600 heures... A la mort de Brigitte, et pour se changer les idées, il construisit une Locomotive électrique Allemande , la E44-052 , dont la particularité était de fonctionné avec un groupe électrogène tracter par la locomotive. Natalia son épouse l'assiste dans son travail. A la suite de son mariage, il fit la connaissance d'une personne travaillant à la Médiathèque du Thillot, qui fit tant est si bien qu'un projet d'exposition Ferroviaire fut mis sur pied avec l'aide de la Directrice Mme Mangin, et de Raissa Charton son bras droit. Jean-Claude fit appel à ses collègues Alsacien qui répondirent présent, et c'est ainsi que l'idée de créer un Club pris corps dans l'esprit des participants. Tous avaient de superbe Locomotives, et pas de circuit pour jouer avec. C'est ainsi que dans l'esprit de J-C. germa l'idée de construire un circuit, ou les Cheminots locaux pourraient faire circuler leurs machines, et pourquoi pas l'ouvrir au public de temps à autres ...

Retourner au contenu